Deux petits pas sur le sable mouillé - Anne-Dauphine Julliand

Publié le par naramaya

Deux petits pas sur le sable mouillé - Anne-Dauphine Julliand

Note:

8.5/10

-

Synopsis:

Le jour des deux ans de Thaïs, Anne-Dauphine Julliand apprend que sa fille est atteinte d'un mal incurable. Son récit bouleversant raconte le combat d'une famille et de son entourage, émouvant réseau solidaire, tous unis pour une cause magnifique: rendre les courtes années de Thaïs aussi belles que possible.

-

Mon avis:

C'est difficile de trouver les mots pour décrire ce que j'ai ressenti en lisant ce livre... Ce n'est pas un livre c'est un magnifique témoignage de vie!

Le malheur s'abat sur la famille d'Anne-Dauphine et de Loïc quand ils apprennent que leur petite fille de deux ans, Thaïs, est atteinte d'une leucodystrophie métachromatique... En clair, Thaïs va mourir après avoir beaucoup souffert... Elle va perdre la vue, l'ouïe, et finir paralysée... Alors qu'elle n'est encore qu'un bébé.

C'est la faute à pas de chance comme on dit, chacun des parents était prédisposé à cette maladie... Et un "chance" sur quatre que leurs enfants l'a développe.

Mais cette famille ne se laisse pas abattre et c'est ce courage qui est plus que remarquable! Finalement ce n'est pas un jour de moins dans la vie de Thaïs, mais un jour de plus que ses parents ont pu passer avec elle. Tout est mis en oeuvre pour que Thaïs ne se souvienne que d'une seule chose: l'amour qui l'entoure.

Et ça, ça n'a pas de prix!

Je regrette juste de ne pas avoir pu avoir un peu plus le point de vue du papa, Loïc, car même s'il est vrai que les hommes extériorisent beaucoup moins que les femmes, ils souffrent tout autant.

Etant moi même malade depuis mes deux ans, je comprends un peu mieux ce que ma mère a pu ressentir toutes ces années, ces angoisses et ces nuits blanches, même si ma maladie n'est pas mortelle!

Commenter cet article

totorosreviews 19/10/2015 00:52

un texte très touchant, à lire!

totorosreviews 19/10/2015 00:52

un texte très touchant, à lire!

salhuna 22/08/2014 12:07

Très belle chronique qui donne vraiment envie de le lire :)